Cadre de vie

Cadre de vie

LUTTE CONTRE LE BRUIT

Suite à un arrêté du Préfet de l’Aube en date du 8 novembre 1995, les travaux de bricolage ou de jardinage réalisés par les particuliers à l’aide d’outils ou d’appareils susceptibles de causer une gêne pour le voisinage en raison de leur intensité sonore tels que tondeuse à gazon, motoculteurs à moteur thermique, tronçonneuses, perceuses, raboteuses, scies,… ne peuvent être effectués que les jours ouvrables

 

IMF_GRAND_WEB_CHEMIN_3198_1365172068

Du lundi au vendredi  8h30 – 12h / 13h30 -19h30

Samedi                         9h -12h / 15h -19h

 

 

 

 

 

 

STOP aux déjections canines

Les propriétaires de chiens doivent être vigilants et maintenir les lieux publics (passages trottoirs, pelouses,…) propres en ramassant les déjections de leurs animaux de compagnie, en se munissant de sacs spéciaux « Ramasse-crottes » en papier recyclable et biodégradable, et les jeter dans une poubelle.

En cas de non respect de l’interdiction, l’infraction est passible d’une contravention de 1ère classe (35 euros).

 

 

STOP aux aboiements

1108 dessin chien aboie

à répétition en pleine nuit,

tout au long de la journée de façon intempestive.

 

 

 

  • Vous êtes dans votre droit en demandant au propriétaire d’agir
  • Le collier anti-aboiement peut être une solution temporaire pour éduquer le chien
  • Si le propriétaire de l’animal refuse toute discussion adressez-lui un courrier dans un premier temps ensuite contactez la mairie.

 

Chien qui aboie : ce que dit la loi

Concernant les aboiements, on parle de bruits de comportement ou de bruits domestiques. Ils sont soumis aux dispositions du Code de la santé publique :

  • article R.1334-31 : aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé, qu’une personne en soit elle-même à l’origine ou que ce soit par l’intermédiaire d’une personne, d’une chose dont elle a la garde ou d’un animal placé sous sa responsabilité.

Durée, répétition, intensité… Un seul de ces critères suffit à constituer un trouble de voisinage. Ils ne sont pas cumulatifs. Ainsi, si le chien de vos voisins hurle à la mort, ou aboie tous les jours ou de longues heures durant, vous êtes dans votre droit en demandant au propriétaire de faire taire son animal.

Faire constater l’infraction

Les officiers de police judiciaire, mais aussi les agents de police municipale, sont habilités à constater ce type d’infraction. Contactez votre mairie, ils se déplaceront pour apprécier sur place le bruit. Aucune mesure n’est obligatoire, l’agent se contentera d’une « constatation auditive ». Si le chien de vos voisins aboie anormalement (longtemps, de façon répétée ou très fort), un procès-verbal sera dressé, et une mise en demeure de remédier au problème leur sera présentée.

Le propriétaire du chien perturbateur pourra se voir condamner : d’une amende de 450 € à la confiscation de l’animal. Une mesure extrême qui peut, peut-être, encourager vos voisins à trouver une solution alternative et moins traumatisante.

 

 

Pendant toute absence prolongée de votre domicile, vous pouvez vous inscrire à l’opération tranquillité vacances. Les services de police ou de gendarmerie se chargent alors de surveiller votre logement. Des patrouilles sont organisées pour passer aux abords de votre domicile. Vous serez prévenu en cas d’anomalies (dégradations, cambriolage …).
Pour cela vous pouvez inscrire, en vous rendant directement à gendarmerie de votre secteur, ou, en ligne, via le service France Connect, à https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R43241 “

Découvrez notre faune et flore sauvages locales grâce aux articles de M. Yves Meurville

“Je suis peut-être prétentieux : je voudrais qu’après la lecture de mes articles , le public regarde la nature et la terre autrement que de l’extérieur , mais de l’intérieur , se positionne différemment devant sur ce qui nous est offert et qui nous dépasse ….et qui nous lance des appels . Se laisse surprendre comme moi par mes découvertes .
Que ce public prenne enfin le temps de s’arrêter vraiment sur ce qui risque de disparaître.
Aimer la nature ce n’est pas une question de quantité de savoirs , mais d’attitude, d’empathie inné , de mise à disposition de tous ses sens dans le secret de son être face à la vie qui est partout .
Les sources sont vérifiées.
Le texte est travaillé quotidiennement au point et mot prêts . Et depuis bientôt 4 ans . Au rythme d’un par mois .
Sa lecture courte doit être agréable au toucher visuel , mais laisser une part de rugosité , de surprises et de questionnements pour éviter la lassitude.
La nature inspirante coule en moi par l’écriture comme une source intarissable. Et j’ai la chance , avec un journal qui me laisse carte blanche , de pouvoir en faire bénéficier des citoyens qui s’inquiètent tout comme moi du devenir de l’environnement.
On ne peut pas défendre la nature , se permettre d’en parler , si on n’a pas mis un jour les mains dans la terre pour sauver une anémone , si on n’a pas soigné un oiseau blessé , si on n’a pas assisté à la naissance d’un papillon dans son élevage , si on n’entretient rien avec l’essence des choses et le merveilleux, si…
L’image et la littérature ne sont que des compléments, voire des distractions à ce qui inlassablement me tient au creux des viscères en tant que naturaliste .
Mais les mots , les phrases sont imparfaits pour expliquer ce qui dépasse , élève et donne de l’espérance malgré tout .
C’est pour cela que je continue , car la source est intarissable et me désaltère…
Pour transmettre comme la terre qui nous transmet la vie et ce qui en sort d’étrangeté. Aidée par le ciel .”
Yves Meurville
Animateur socio-professionnel de la nature
Entomologiste autodidacte
Naturaliste de passion

 

  Les cardères

Le rouge- gorge

Le papillon belle dame

  Le rosier des chiens

Le noyer

La chouette

L’étourneau sansonnet

Le Tussilage

Le ver de terre

Le bleuet des champs

Le houx