La commune de Piney

La commune de Piney

P1060359 72 dpi

Situé au nord-est aubois, au cœur de la Champagne et du Parc Naturel Régional de la Forêt d’Orient, Piney doit sa notoriété à ses demeures ancestrales datant des 16e, 17e et 18e siècles, dont :

  • Le pavillon des Luxembourg, construction antérieure au 17e siècle
  • La halle en bois du duc de Piney, érigée après 1607
  • Ses 6 églises et chapelle, majoritairement du 16e, sur des bases du 12e pour certaines
  • Ses 3 lavoirs, vestiges du 19e

Les principaux matériaux utilisés sont le torchis, fait de terre et de paille (ou de crin) le bois dur de forêt d’Orient ou tendre de sapin ou de bois blanc, la craie du nord du territoire, la brique du sud et la pierre venue d’ailleurs.

 

 

Ses 3 hameaux :P1040981

Brantigny            55 habitants
Villevoque           95 habitants
Villiers-le-Brûlé   40 habitants

 

Ses écarts, les fermes de :

·        Bonlieu

·        Le Buisson

·        Bellevue

·        La Loge Madame

·        Maison forestière

·        Maurepaire

·        Rachisy

·        Rozat

·        La Goguette

D1 direction Géraudot

RD960 direction Troyes

RD960 direction Troyes

D79 direction Vendeuvre

D1 direction Géraudot

D79 direction Vendeuvre

D960, direction Troyes

D79 direction Vendeuvre

Chemin de Clair bois

Blason de la ville de Piney

Le blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : d’argent au lion de gueules, la queue fourchée, armé, couronné et lampassé d’or à la bordure soudée d’or, chargée de huit quintefeuilles de gueules.

Symbolique de la ville de Piney

Le lion rouge, dressé et menaçant, est celui des ducs de Luxembourg d’Ardenne.

En 1214 on y ajoute une couronne pour marquer une prétention au marquisat de Namur. En 1226, on fourche la queue pour marquer la possession de deux fiefs : le Limbourg-Luxembourg et le Limbourg-Berg.

Elevé au rang de duché en 1254, le comté de Luxembourg d’Ardenne conserve la symbolique, qui se transmet aux Luxembourg Saint Pol, comtes de Brienne et ducs de Piney.

En 1957, la Direction des Archives de France sollicite la commune pour la création d’une marque symbolique urbaine. Ce sera le blason des Luxembourg-Piney, auquel on ajoutera huit quintefeuilles de gueules qui soulignent l’appartenance de la ville au territoire de la forêt d’Orient.

BRANTIGNY

Le hameau

C’était un domaine gaulois ou gallo-romain possédé par Brantinius avant le 3e siècle. Une tombelle celtique proche du village indique l’existence d’un habitat très ancien, de l’âge de bronze ou de celui de fer

 

Le château

Il succède à un château antérieur, du 15e siècle, duquel subsiste des pierres de sous-sol et une tour carrée appelée « pavillon Henri IV » en hommage à Henri IV d’Angleterre. Le château actuel fut commencé par le marquis François des Réaulx, conseiller au Parlement de Paris, et terminé par son fils René-François, qui édifia les écuries, les communs fermant la cour d’honneur et la chapelle… qui s’effondra en 1798.

 

L’église Notre-Dame de l’Assomption

L’église paroissiale, en forme de croix latine terminée par un chœur à pans coupés, est du 16e siècle. Dédiée à l’Assomption de la Vierge, elle est en craie avec porche en bois, abside à trois pans, gothique flamboyant, époque Renaissance.

Chapiteaux sculptés du chœur : ronces mêlées aux pampres, splendide ange, dragon, animal fantastique à tête humaine cornue. Voûtement sur croisée d’ogives, vitraux…

Les fonds baptismaux du 16e représentent le baptême du Christ, en pierre finement sculptée et de concept monumental, malgré ses modestes dimensions.

Le vitrail de Saint-Roch, saint guérisseur de la peste, qui date de la seconde moitié du 16e siècle, attire l’attention.

Au 19e, pavage géométrique en carreaux vernissés

 

Le lavoir

En 1833, Adolphe, Charles, Maximilien, marquis des Réaulx, fait ériger, en hommage à Saint-Jean-Baptiste, un calvaire, sur une source qui sourd tout juste derrière le mur de son château. Les femmes viennent y laver le linge, on leur aménage un bac cimenté qui gardera l’eau claire et un toit, à trois versants de tuiles plates, qui les protégera des intempéries, le lavoir est installé, dans l’angle de l’église et du château.

 

VILLIERS-LE-BRULE

Le hameau

Au Moyen-Age, Villiers désignait une grande ferme. L’appellation « le Brûlé » qui a permis la distinction avec les autres Villiers, semble due à un incendie survenu vers le 12e siècle. Il s’agit alors d’une ferme établie vers les 11e ou 12e siècle.

 

Son église

Dédiée à Saint Didier, l’église de Villiers-le-Brûlé date du 12e siècle. Remaniée au 16e et au 18e, elle est à plan rectangulaire dotée d’une nef à vaisseau unique avec une chapelle en saillie au nord. Son abside est pentagonale.

  • Gothique flamboyant, époque Renaissance
  • Dotée d’un chœur à pans coupés avec deux travées en craie, flanqué au 13e siècle d’une sacristie en craie et d’une nef en bois, posée sur un soubassement en brique et d’une sablière basse, surmontée d’un plafond à la française.
  • Eglise composée de matériaux tels que craie, brique, bois, ardoise…
  • Clocher couvert d’essentes (lamelles de bois).

 

Son lavoir

En contrebas du hameau, par un petit chemin qui part en descendant à côté de l’église, isolé dans son coin de verdure, le lavoir est alimenté par la source Saint Didier, recueillie dans une petite crique maçonnée en briques rouge.

VILLEVOQUE

Le hameau

Il se compose, en majeure partie, de maisons à pans de bois et torchis.

C’était un domaine rural possédé par l’Evêque de Troyes.

Villevoque fait partie de la commune de Piney depuis la Révolution. Auparavant, c’était une paroisse autonome, liée à une paroisse voisine, Villiers-le-Brûlé, pour les perceptions.

 

L’église Saint-Germain

Eglise du 12e remaniée au 16e, dédiée à l’Assomption, l’église Saint Germain est construite sur un plan rectangulaire avec abside semi-circulaire en craie et courte nef précédée d’un chœur à pans coupés. Dans un vitrail du 16e siècle se trouve la représentation des donateurs : Hugues d’Alichamps et son épouse, Jehane Duru)

Clocher polygonal dont la souche et la flèche sont plaquées d’essentes (lamelles de bois)

La grille de communion en fer forgé devant l’autel date du 19e siècle.

 

Le lavoir

Le lavoir a été déplacé, réaménagé en lieu de pique-nique à l’entrée du village

lavoir-villevoque

Piney est la plus grande commune du département de l’Aube

P1060362 72 dpi

Superficie : 70,98 km2 dont 23,54 km2 de bois et forêts.
15 km de long et de 3 à 7 km de large orienté du nord-ouest au sud-est.

Population : 1518 habitants, appelés Pinois, Pinoises.

Situation : Nord-Est de l’Aube

Latitude : 48“ 21“ 49“ Nord

Longitude : 4“ 19“ 58“ Est

Altitude : 107 m à 177m

Code postal : 10220

Code INSEE : 10287

Climat : Océanique, sensiblement sous influence continentale

Géologie :

P1060192 72 dpi

La partie nord du territoire est constituée par une assise crayeuse du crétacé supérieur = Champagne crayeuse.

La partie sud du territoire est constituée d’une terre argilo-sableuse avec la forêt d’Orient et ses étangs que l’on appelle = Champagne humide.
P1060164 72 DPI

(Ligne de crête passe par les fermes de Bonlieu, Rosat et la Goguette)

Cours d’Eau : l’Auzon

Etangs du territoire de Piney

  • Maurepaire
  • Thiemoy
  • Quinze Deniers
  • La Goguette
  • Feularde
  • Grand Orient (2 étangs)

Intercommunalité :

Communauté de communes Forêts Lacs Terres en Champagne
Elle regroupe 15 communes : Ascencières, Avant-les-Ramerupt, Bouy-Luxembourg, Brévonnes, Charmont-sous-Barbuise, Dosches, Géraudot, Longsols, Luyères, Mesnil-Sellières, Onjon, Piney, Pougy, Rouilly-Sacey, Val d’Auzon.

Canton de Brienne-le-Château : 53 communes

Arrondissement de TROYES

Département de l’Aube: 17 cantons

Région Grand Est:

Regroupe 3 régions :

  • Alsace
  • Champagne-Ardenne
  • Lorraine

Et 10 départements :

  • Bas-Rhin, Haut-Rhin
  • Ardennes, Aube, Haute-Marne, Marne
  • Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Vosges